Visite des établissements du groupe scolaire Notre-Dame à Mantes-la-Jolie

Le 11 février dernier, Pauline et Pierre-Yves co-fondateurs de Kawdii se sont retrouvés à Mantes-la-Jolie pour présenter l’association et la mission des Filles de la Croix en Thaïlande.

Pendant une journée ils on pu rencontrer 12 classes du primaire et du collège de ce groupe scolaire créé il y a plus de 200 ans par les Filles de la Croix.

La matinée fut réservée à l’ensemble des classes du primaire. Par petits groupes, les élèves ont pu découvrir le peuple karen,  et être sensibilisés au quotidien de la mission des Filles de la Croix

.DSCN8686

L’après-midi, ceux sont les élèves de 5èmes qui ont pu découvrir comment vivre le partage durant ce Carême. En effet il leur a été proposé comme à l’ensemble des élèves, de participer vers la fin du Carême à un bol de riz. Les bénéfices seront entièrement reversés à Kawdii pour la mission des Filles de la Croix en Thaïlande. Une manière simple et efficace de participer au travail de la mission depuis la France. L’enthousiasme des élèves de 5ème était au rendez-vous !

Un grand merci à l’équipe pédagogique et à tous les élèves pour leur mobilisation.

Publicités

ThaiNews n°12 : La vie cachée à Maetan

Voila moins d’un mois que nous étions dans le temps de Noël, temps de joie, de fête, celui d’une naissance…

Après la visite des bergers et des mages, la Sainte famille est partie à Nazareth pour y demeurer un long temps, avant que Jésus ne commence son ministère. 30 ans dans cette petite bourgade à visiter les personnes malades, accueillir ceux qui avaient besoin d’un soutien… accompagner la vie !

Aujourd’hui, que nous dit Dieu, avec sa venue ?

Petits signes de Dieu

Comme tous les ans, nous avions vécu plusieurs célébrations de Noël, dans des villages et des pensionnats. Nous nous sommes réparties afin d’être auprès des familles karens, prêtres et sœurs de notre secteur.

C’était un véritable marathon pour les prêtres qui ont célébrés entre 12 et 15 messes de Noël. C’est ainsi que nous avons été dans des lieux, où nous nous rendons régulièrement pour nos missions (projet santé et catéchèse)

Nous avons été, dans de nouveaux lieux (Oueynamyen) où il y a eu l’inauguration de l’école, bâtie par le P. Nicolas (MEP). Cette inauguration s’est faite avec les autorités bouddhistes, catholiques et civiles.

Nous avons célébré Noël dans un camp de refugiés birmans, au nord de notre secteur. Ce fut la surprise de Dieu, car plusieurs Congrégations y étaient représentées, sur l’invitation d’un prêtre birman. Pour nous y rendre, il a fallu naviguer 3 heures en pirogue, contempler la Création et accueillir à ce moment là, les mots du Christ : Avance au large !

« Se laisser guider vers de grandes choses, au moyen de signaux petits » Pape François, Lettre Scrutez

Arrivés sur place, l’accueil des karens a été magnifique. Comme toujours, avec eux, nous nous sentons chez nous !

Ainsi comme pour chacune des célébrations de Noël, à l’entrée de l’église, l’étoile s’est levée. Ensemble, familles karens, prêtres, sœurs, de différentes origines, nous avons contemplé la Lumière des nations, montée en notre cœur !

En octobre, nous avons eu la joie d’accueillir Sr M. Noëlle (burkinabée). Elle vient enrichir notre communauté et notre mission par une nouvelle culture, sa jeunesse et ses dons. C’est ainsi que pour la 1ere fois en Thaïlande, il y a eu les renouvellements des vœux d’une Fille de la Croix.

SAM_6164

P Nicolas et Miss Pooth (coordinatrice des écoles de montagne) étaient présents. Dans la joie de ce OUI, nous étions tous invités à renouveler nos engagements.

Visites d’amis

Cathy, une jeune des Mureaux, rencontrée par M Noëlle, lors de sa présence à la communauté parisienne, nous a visitées. Au mois de juin dernier, elle avait fondé une chaîne de prière Elayonos qui unit des jeunes chrétiens, avec 3 accents : prière, partage et entre-aide …. C’est ainsi qu’elle a choisi de nous aider, en contribuant à l’achat de la voiture 4×4.

Un peu plus tard, ce fut la visite de 3 prêtres, dont 2 du Pays Basque et un vietnamien. Nous avions été à Maetowo, puis à Panoypou pour la catéchèse. Les enfants étaient ébahis d’entendre un chant basque, qu’ils connaissaient en karen ! A Motha, nous étions une trentaine de personnes avec les sœurs karens, quelques enfants du Panoypou et les 3 familles chrétiennes de ce village pour y vivre la messe.

Fin novembre, un médecin français est venu et nous avons visité plusieurs villages pauvres, où nous n’étions jamais passés.

L’Église de Thaïlande était en fête en décembre dernier, avec les 50 ans de la Congrégation des sœurs karens de Maepon. La fondatrice, Sr Cécile est encore bien active dans la mission.

SAM_6383

Puis c’était à Chiang Mai, pour les 50 ans de présence des sœurs de Ban Marina (Sœurs de San Sébastien) !

Faire mémoire ensemble des joies et des difficultés traversées pour rendre grâce en Église, en famille à Celui qui nous conduit par sa main tendre et miséricordieuse.

Depuis mi janvier, Neuza est retournée au Brésil pour une nouvelle mission. Nous la remercions pour ces 5 ans passés parmi nous et les karens, en permettant à la communauté de s’insérer en cette terre d’Asie.

Il y a 1 an, nous avons vécu le départ de l’infirmier karen, puis les couturières et plusieurs cuisinières ont changé. Aujourd’hui notre 2e chauffeur est parti…

Lors de notre 1ere visite en Thaïlande, Mgr Kriengsak nous avait dit : « Venez maintenant pour accompagner les karens vers la modernisation, les aider à garder leurs valeurs, tout en s’adaptant à ce monde qui change bien trop vite »

 

Être là, pour accueillir, visiter et faire un bout de chemin avec chacun

Vie cachée à Maetan dans la simplicité et le dépouillement pour témoigner de la joie de Dieu !

Se laisser saisir par les événements aussi difficiles qu’ils soient, pour témoigner de Celui qui a saisi notre vie par amour et réveiller la joie qui est là chez les autres !

 

Avançons au large d’une naissance,

au large des surprises de Dieu !

IMG_20151229_103428

 

La joie d’annoncer l’Evangile

—- par Sœur Marie-Christine —-

Tous les lundis en fin d’après midi, je me rends en voiture à Panoypou, dans un pensionnat pour y faire de la catéchèse. Voila pratiquement 2 ans que je vais là-bas sur la demande du Père Nicolas des Missions Etrangères de Paris (MEP), pour proposer la catéchèse à des enfants âgés de 7 à 15 ans. Je suis souvent accompagnée par une karen (couturière ou cuisinière de Maetan) qui m’aide en traduisant du thaï en karen, si c’est nécessaire. Sur place, il y a aussi un volontaire MEP qui connait bien les enfants et contribue à cette catéchèse. Pendant ce temps à Maetan, les sœurs de la communauté prient pour moi pour que tout se passe au mieux.

La plupart du temps, je propose un texte tiré de la Bible et leur pose des questions pour les aider à comprendre. Nous en profitons pour voir comment cette Parole de Dieu les rejoint dans leur quotidien.

IMG_3816

Nous avons vu par exemple, l’Annonciation et avons accueilli la Parole de Marie adressée à l’ange Gabriel  en nous demandant, ce que cela signifie pour nous : « Je suis la servante du Seigneur » dans un centre, où il est important que les grands montrent l’exemple aux plus petits, tout en jouant le rôle de grand(e)s frères ou sœurs !

Pour que cette rencontre soit plus vivante, je l’illustre parfois avec un diaporama, préparé à l’aide de photos prises en Israël, il y a plusieurs années, ou de tableaux. Les enfants sont contents car ils ont très peu accès à ces connaissances et retiennent plus facilement.

4

“Venez boire à la fontaine et vous y laver” en thaï à Lourdes ! จงไปดื่มจากน้ำพุและล้างตัวที่นั่นด้วย

Une autre fois, pour la fête de l’Immaculée Conception, j’avais proposé l’histoire des apparitions  de la sainte vierge à Lourdes à partir des photos d’époque ou d’aujourd’hui ! Les enfants ont été surpris de voir la traduction en thai d’une Parole de Marie : “Venez boire à la fontaine et vous y laver”. Nous avons fini la séance en récitant quelques Je vous salue Marie en Karen.

IMG_3823

Habituellement, je rencontre les plus jeunes puis les plus grands, environ 45 mn chaque groupe. Après avoir découvert le texte et le retentissement dans leur vie. Nous finissons toujours par un temps de prière en écho avec ce que nous avons vu. Je suis étonnée de voir à quel point les enfants aiment intérioriser ce qu’ils ont entendu en prenant un long temps de silence, ce qui n’est pas habituel dans leur manière de prier ! J’ai aussi proposé quelques dessins animés sur la Bible en langue thaï d’environ 20mn. C’est ainsi que nous avons vu la Création du monde, la naissance de Jésus, ou son Baptême…

Une autre fois, nous avons abordé le récit de la guérison du paralysé dans l’Évangile de Luc, toujours à travers des questions. Et la semaine d’après, nous avons repris le même récit  en faisant un jeu de l’oie. De sœurs karens, arrivées, il y a plus d’un an nous ont également rejoints et ce fut une catéchèse bien sympathique !

SAM_5152SAM_5224

Une fois dans l’année, au moment des grandes vacances en avril, il y a un camp catéchiste qui est proposé. Depuis quelques années j’y participe en étant auprès des plus jeunes de la maternelle, puisque mon thaï est limité et mon karen faible. C’est ainsi qu’au mois de mars dernier, dans le village de Maewe, accompagnée de 2 jeunes karens, nous avons fait une « mini catéchèse » pour les plus petits. Nos journées étaient surtout rythmées par des chants, du coloriage et aussi quelques bases, tels que le signe de la Croix, la prière du Notre Père ou du Je vous salue Marie.

SAM_5244

A travers ces différentes expériences, je me rends compte que le plus important est de participer aux différentes rencontres et d’aimer les enfants sans trop faire attention à nos propres limites à cause de la langue. Alors les enfants le sentent bien, sont heureux et quand ils viennent dans nos bras ou nous sourient, tous les efforts ou les épreuves sont oubliées !

ThaïNews n°10 – Mars 2015 – La visite de Dieu à Maetan, Tha Song Yang, au moment où l’on ne s’y attendait pas….

Tu visites la terre et tu l’abreuves.

Tu la combles de richesses ! Ps 64

La visite de Dieu à Maetan, Tha Song Yang, au moment où l’on ne s’y attendait pas….

(Retour sur une année de bilan et de discernement)

Le 1er avril 2011, la communauté s’installait à Maetan. Cinq femmes consacrées, filles de la croix, dynamiques et pleines de générosité pour affronter montagnes et vallées, à la recherche des visages de ce peuple Karen, rejeté dans les forêts, non aimé et livré à leur vie précaire.

Quelques familles chrétiennes, deux ou trois, au milieu des villages à 20, 10, 5 maisons sont composées de deux ou trois générations chacune. Elles vivent des cultures de riz sur un terrain défriché par eux-mêmes auparavant, et de quelques animaux vivants autour de la maison ou dans la forêt !

Des missionnaires MEP (Mission Etrangères de Paris) nous ont précédées sur ces pistes, mais des villages ne sont pas encore visités par l’Eglise.

Avec nous, une nouvelle fondation de Betharramites, deux prêtres Karen prennent la suite des MEP pour un temps ! 70 villages, une communauté de deux sœurs Karianes dans un centre d’enfants, cette communauté de Filles de la Croix dans un village d’environ 4000 habitants, entièrement bouddhiste, mais un village District où l’on trouve le Centre administratif, l’Hôpital, le Lycée et le Marché ! Village qui touche la Birmanie et dont la frontière pédestre est à 500 mètres de la maison des Filles de la Croix.

Mission reçue par l’Evêque

Envoyées par l’Evêque précédant, et accueillies par les MEP, nous recevons une mission d’Eglise auprès des Karens. La communauté sera un pôle de prière pour les villageois, les catéchistes et les étudiants qui descendent des montagnes au District de Maetan. La mission donnée est aussi la continuité d’une maison d’Accueil de ces mêmes villageois qui ont des questions administratives à résoudre ou qui viennent pour des soins à l’Hôpital ou pour le Marché. Quelques uns sont là aussi en transit avant de gagner les villes les plus importantes : Maesot ou Bangkok.

De nombreux Volontaires français sont dans les écoles et les centres pédagogiques des montagnes pour un temps de service humanitaire. Il est demandé à nos sœurs d’accompagner leur expérience humaine et spirituelle. Un prêtre MEP accompagne leur insertion.

Un Projet santé vient au jour à la suite d’un constat de pauvreté extrême et d’absence des premiers éléments d’hygiène et soins dans les familles des montagnes.

Le développement du Centre couture de l’Association Esprit Karen, avec une couturière formée et des jeunes apprenties se fait avec le soutien d’une sœur couturière et d’une sœur qui suit la comptabilité.

Conseils d'hygiène

Tout semble en parfaite cohérence et fidélité au projet initial. L’aventure des deux premières années est formidable. De découvertes en découvertes, de connaissance en connaissance, la route missionnaire, tant de fois confirmée par le Seigneur dans des petits et grands évènements, s’ouvrait encore plus grande à nos sœurs envoyées par la congrégation et soutenue par toutes nos sœurs de tous les pays !

Cette communauté, née du bicentenaire de Molante, est établie d’une manière particulière : toutes les sœurs et de nombreux chrétiens sont solidaires de leur vie et leur mission. Des jeunes Volontaires ont crée une Association pour soutenir les projets missionnaires de la communauté.

 Etape de désenchantement

Pourtant ! Il se passe quelque chose !… les visages s’attristent…

Comme toute organisation humaine ou ecclésiale, la Croix se présente, dure et rigide, froide et douloureuse, incompréhensible et sans avenir !

Comme les deux disciples d’Emmaüs, il n’y a rien à faire, rien à espérer, il n’y a qu’à revenir chez soi et recommencer à vivre la vie de chez nous !

Les paroles de Ste Jeanne Elisabeth résonnaient avec force en nous quand, dans certaines de ses nouvelles fondations, elle disait : « Je les prends toutes dans ma carriole et je les ramène à La Puye ! »

Temps favorable au discernement

En cette visite du 28 novembre au 23 décembre 2014, nous avons décidé de faire un véritable discernement communautaire pour connaître la Volonté de Dieu. Une seule question nous tenait: Le Seigneur veut-il ici une communauté de Filles de la Croix, au milieu et avec les Karens ? Oui ou Non ?

Pendant quinze jours, un climat de prière établissait la communauté dans l’accueil de l’Esprit Saint, Esprit de conseil et de discernement, Esprit de paix et d’écoute.

Les deux premiers jours, partage en vérité de toutes les raisons qui nous faisaient dire Non à notre présence ici. La raison principale : un manque de dialogue entre les différents partenaires de la pastorale qui ne permettait pas de vivre une vraie collaboration, d’où une organisation peu constructive.

Les deux jours qui ont suivi, nous avons reçu dans ce même climat les raisons pour le : Oui, nous sommes appelées ici.

Après les deux jours sombres, si sombres du non, il n’y avait pas beaucoup d’espérance pour le oui ! Et pourtant ! Avec la même vérité et la même écoute de l’Esprit Saint, nous avons partagé les raisons du Oui. Toutes les raisons allaient dans le sens de la beauté du charisme pour ce peuple simple des Karens, peuple pauvre. Les raisons étaient appuyées sur le fait que beaucoup de petits signes confirmaient notre présence : les familles demandent à aller chez elles pour prier avec elles, cette dame bouddhiste demande le baptême pour elle et ses deux enfants, les jeunes qui travaillent avec les sœurs en couture et à l’accueil leur manifestent une grande estime et demandent de les aider humainement et spirituellement, la maison d’Accueil est de plus en plus fréquentée par les villageois, signe d’un accueil qui respecte et ouvre le cœur. Une dame Thaï devient l’amie des sœurs parce que seule, elle aime partager sa vie. Elle est une employée salariée dans la mission. Et tant d’autres signes et gestes simples relevés…

Alors, où en sommes-nous ? Le Seigneur, que nous demande t-Il ? Veut-Il que le charisme donné à l’Eglise par les Filles de la Croix soit semé là et grandisse là ? Ou pas ? Les raisons du Oui sont aussi fortes que les raisons du Non. Comment avancer ?

Nous prenons un jour de silence et de prière sans échange sur le sujet entre les rencontres de partage. Chacune est attentive au mouvement intérieur qui l’anime, mouvement de l’Esprit qui parle : est ce que je penche vers le oui ou vers le non ?

Moment crucial !! Trois oui ! Trois non !

Voir plus loin avec les partenaires de la mission

Nous prenons alors la décision de rencontrer d’une manière officielle les collaborateurs de la mission, d’échanger avec eux et d’écouter ce qui se passe en chacune de nous.

Nous rencontrons le Père Olivier, Jésuite, accompagnateur de la communauté, les Pères de Betharram nos responsables du secteur d’Eglise, le Père Nicolas, de la Mep, collaborateur sur le terrain, Mgr Pibul, Evêque du diocèse. Ecoute aussi des partenaires Karens, collaborateurs de travail au quotidien, les amis volontaires, les malades, les familles, visite aux Pères Savériens nouvellement arrivés…

Connaître la Volonté du Seigneur

Clarté de la réponse du Seigneur, limpidité du chemin d’avenir, chaleur missionnaire dans nos cœurs !

Mgr Pibul confirme notre manière d’être présente là, à Maetan, et de vivre la mission comme nous la vivons. Les différents aspects sont soulignés par lui :

  • Le Pôle Prière qu’est notre communauté pour les chrétiens et tous ceux qui y passent.
  • Le Pôle Accueil pour les villageois d’abord, et de tous les partenaires de la mission.
  • Le Pôle Inter… culture, nation, âge, religion, congrégation.
  • Le Pôle Santé pour un développement de l’évangélisation dans l’axe Eglise-Société.
  • Un visage différent de la vie religieuse dans le pays, présence avec…au milieu de…et non par des grandes œuvres.

C’est là qu’il faut semer l’Evangile en simplicité.

Et tous les partenaires, par une parole, un signe, ou par un geste, nous invitent à durer sur le chemin…à porter notre nom de filles de la croix…comme si les uns et les autres nous sentions que nous ne pouvions avancer qu’en étant ensemble !

La Joie du OUI pascal

En ce Noël 2014, c’est le Oui communautaire et personnel de chacune qui a jailli comme réponse à l’envoi de la congrégation sur cette terre de Thaïlande.

C’est un Appel et un Envoi …

Appel !

Appel à redevenir un enfant qui commence, neuf et plein de dynamisme donné par l’Evangile.

Appel à devenir missionnaire avec les autres partenaires de la mission dans une humble mais réelle incarnation en cette terre Karen et en cette Eglise du Diocèse et ce Pays.

Appel à un renouvellement, un ressourcement, une vitalité pour la mission personnelle et communautaire.

Appel à nourrir notre vie spirituelle, sacramentelle et de congrégation.

Envoi !

Envoi à un peuple particulier « les mal aimés de la société Thaï », les « mal connus de l’Eglise Thaï », les « reculés de la montagne Thaï ».

Envoi en communauté pour que chacune selon ses compétences, donne fécondité à la mission portée ensemble.

Envoi pour semer et accompagner le charisme de la simplicité de l’Evangile : enseigner et guérir, en cette terre d’Asie où les chrétiens sont minoritaires, où l’appel à la vie consacrée et sacerdotale peut se faire entendre.

Envoi pour que Dieu soit glorifié par les petits, par tous les peuples d’Asie.

Appel et Envoi à ce peuple multiculturel, multi religieux, afin de vivre avec eux la communion de fraternité universelle récapitulée dans le Christ Pascal !

Moyens précieux pour revivre et partir en mission de manière neuve

Pour accueillir ce Don de Dieu d’une manière gratuite et sûre, nous avons établi une feuille de route. Chacune et ensemble, en communauté, vous prendrez la mesure de ce Don et participerez au vouloir de Dieu sur la congrégation en terre d’Asie.

Le Texte-Mémoire ci-dessous dit vos projets de ressourcement, de mission, de moyens à prendre pour vivre au mieux ce départ neuf à Maetan avec les Karens et tous les partenaires de la mission.

De la Crèche à l’Eucharistie !

De l’Incarnation à Pâques !

La JOIE pascale nous a progressivement habitées

parce que nous avons osé regarder la réalité en face, l’exposer à la Parole de Dieu,

la nourrir de l’Eucharistie, la laisser traverser par la lumière de l’Esprit Saint !

Alors….

En communauté, nous décidons de réveiller la vie en chacune des sœurs et d’ouvrir des chemins pour aller plus loin dans la fidélité à la mission reçue. La mission de chacune appartient à la communauté et par elle, à la congrégation et l’Église.

ThaïNews n°11 – Fête de la Saint André-Hubert à Maetan

— par Soeur Marie-Christine —

Cette année, nous fêtons la vie consacrée sur l’invitation du Pape François : « Regardez vers l’avenir, où l’Esprit vous envoie » Lettre Apostolique à tous les consacrés.

Dans la Congrégation, c’est la fête de l’année missionnaire avec le thème : « De la blessure naît la vie »

Avec joie, annonçons l’Évangile dans l’humilité de notre vie !

Après 4 ans de présence à Maetan (Thasongyang), nous avons fêté le 4 juin, St André-Hubert, avec les personnes qui nous sont proches par la vie et la mission. La veille, plusieurs personnes sont venues nous aider (décoration, fleurs, cuisine…) dans une ambiance de famille et de joie !

SAM_0506

« Raconter son histoire, c’est rendre louange à Dieu et Le remercier pour tous ses dons »

Pape François

Pendant que des villageois prenaient leur petit déjeuner après avoir quitté au petit matin leur village, d’autres prenaient un café et découvraient les lieux importants dans la vie de notre fondateur (L’escalier du pauvre : Lieu de conversion par la parole du mendiant, St Phèle : St André a rédigé la Règle de Vie des Filles de la Croix, les Marsillys : Bethléem de la Congrégation avec la rencontre des deux saints lors d’une messe, Haims : 1er sermon, l’église pleine, André est troublé par tous les regards et se cache dans la chaire, Croix de Busserais : Pour échapper aux soldats, St André étend ses bras sur ceux de la croix, les persécuteurs le laissent.)

Vers 9h, nous nous installons tous dans l’espace situé à côté de la cuisine, aménagé pour l’occasion. Le mot d’accueil adressé à Mgr Pibul (évêque de notre Diocèse), aux prêtres du secteur (P Nicolas MEP, P Chayot et P Tha, Betharram), aux sœurs karennes, aux catéchistes, aux volontaires, aux chefs chrétiens et aux villageois a exprimé notre joie de leur présence avec les mots de St André-Hubert : « J’ai une bonne nouvelle, je suis sur que Dieu vous aime ». C’est ce que nous essayons de vivre avec des balbutiements, des gestes, des sourires ! Nous avons également transmis le message de Sr Marthe Perugorria, Supérieure Générale qui le même jour avait prié pour nous tous, devant les châsses de St André-Hubert et Ste Jeanne-Élisabeth.

IMG_3479

Nous avons ensuite visionné un diaporama qui montrait les origines de la Congrégation et son déploiement aujourd’hui, à travers l’insertion missionnaire de toutes nos sœurs. Il a été présenté en thaï par Miss Pooth, une amie proche de la communauté et Nowapaa, notre chauffeur, traduisait en karen.

Puis, nous avons célébré la messe de St André, avec les textes et oraisons propres au saint, traduits en thaï. Les chants étaient en karen et résonnaient dans notre petite cours, en reflétant la joie d’être ensemble de différents horizons !

SAM_5664

Mgr Pibul a rendu grâce pour la présence des Filles de la Croix en Thaïlande, par l’accueil de toute personne et la visite des plus pauvres dans la montagne (santé et pastorale).

Il a souligné également l’importance de travailler ensemble : catéchistes, chefs chrétiens, prêtres et sœurs.

A la fin de la messe, l’évêque a béni les cadeaux qui ont été remis à tout le monde (Livret Connais-tu André-Hubert ? en thaï, médailles, signets en thaï et karen).

Nous avons ensuite déjeuné sur place des mets karens et spaghettis dans la bonne humeur et sous le regard bienveillant de St André !

“Vivre le présent avec passion en étant des personnes de communion”

Pape François

    SAM_5675

La mission des Filles de la Croix en Thaïlande.

Actuellement, les sœurs ont divisé leur mission en 4 projets : Formation, Accueil, Pastorale et Santé.

Projet Formation à la couture. En arrivant, les filles de la Croix se sont vues remettre la gestion d’un atelier de couture, travaillant quasi exclusivement pour Esprit Karen Bangkok, une association d’expatriés français qui créait et commercialise des produits fabriqués à partir de tissages traditionnels achetés à la coopérative de MaeWoei Klo, un village voisin. Le tissu est ensuite transformé dans cet atelier de la mission. Actuellement, deux jeunes filles y travaillent à temps plein avec les sœurs Thérésa et Marie-Bernadette, et une jeune fille se forme dans l’atelier afin de pouvoir un jour être salarié de l’atelier.

Projet d’accueil. La maison des filles de la Croix en Thaïlande est voisine d’une maison ayant pour objet d’accueillir les karens originaires des villages de montagne est de passage en ville, pour des courses ou plus souvent, pour se rendre à l’hôpital ou accompagner un membre de leur famille. Ils y trouvent alors, gratuitement, un repas chaud, des couvertures, des toilettes. Une jeune fille, y est employé actuellement afin que chacun se sente à tout moment, accueillit.

Projet Pastoral. Les filles de la Croix se sont intégrées dès leur arrivée dans la mission catholique locale. Présentes dans les montagnes voisines depuis à peine plus de 50 ans, les Missions Étrangères de Paris continuent leur annonce de l’Évangile, épaulées par de nombreux catéchistes, mais aussi des communautés religieuses. Écoles, centres de formations, internats, micro-entreprises sont autant d’activités soutenues par l’Église. Mais elle n’en oublie pas pour autant sa principale mission, l’annonce de l’Évangile, Kawdii, à laquelle les Filles de la Croix participent par une présence religieuse, par le catéchisme et leur présence dans la vie de la jeune et dynamique Église locale. Cette mission dépasse le simple cercle des karens et s’élargit notamment dans un accompagnement spirituel des volontaires des Missions Étrangères de Paris ou d’Enfants du Mékong qui le désirent et qui travaillent auprès en Thaïlande, bénévolement, pour des durées de 2 mois à 2 ans.

Projet santé. Peut être est il le projet le plus important en terme de moyens mobilisés. Accompagnée d’un infirmier, Dasay, Sœur Diane essaye de passer la majeure partie de son temps à visiter les malades, les personnes âgées ou les nouveaux nés, à l’hôpital, à la maison d’accueil ou encore dans les villages de montagne. Les soins portés sont souvent accompagnés de formation, de réconfort, de prières et de distribution de médicaments. Souvent il s’agit de premiers soins et les karens sont reconduit et accompagné à l’hôpital de Maetan, ou quand les soins requièrent plus de matériel à celui de Maesot, la principale ville de la région. Cette mission est à deux vitesses, à la fois dans la formation et la visite sur du long terme, et en même temps dans l’urgence quand un accident survient ou qu’une maladie est décelée.

Depuis la France, un certain nombre de volontaires des Missions Etrangères de Paris et d’Enfants du Mékong ont décidé de créer une association, Kawdii afin de lever des fonds et de soutenir les différents projets de Filles de la Croix en Thaïlande.